Hélène Martin for ever

 

J'espère avoir encore l'occasion d'aller écouter Hélène Martin sur scène. Cette photo date de septembre 2009 aux Bouffes du Nord, j'avais alors fait un article dans Le Petit Format. Cette année je n'ai pas rencontré Hélène Martin à Barjac, elle habite cette région, on l'y voit parfois. Hélène Martin c'est Aragon, Lucienne Desnoues... c'est surtout elle, sa longue voix et son être profond. http://www.deezer.com/artist/91880 ©annie claire 27.12.2015
Hélène Martin Bouffes du Nord 18.05.2010

 

J’espère avoir encore l’occasion d’aller écouter Hélène Martin sur scène. Cette photo date de mai 2010 aux Bouffes du Nord, j’avais alors fait un article dans Le Petit Format. Cette année je n’ai pas rencontré Hélène Martin à Barjac, elle habite cette région, on l’y voit parfois. Hélène Martin c’est Aragon, Lucienne Desnoues… c’est surtout elle, sa longue voix et son être profond. ©annie claire 27.12.2015

 

Nicolas Martel chante Barbara

ETONNANT, le spectacle de Nicolas Martel sur Barbara, "J'ai peur et j'avance". L'affiche annonçait un spectacle musical en hommage à Barbara, et bien pour un hommage c'en était un! Nicolas Martel est allé chercher des titres de Barbara très forts, mais peu connus, que seuls les passionnés de la grande dame ont en mémoire. Le spectacle est dépouillé, intimiste, presque minimaliste, mais énorme de puissance et d'évocation. Occupant toute la scène de sa gestuelle lente et maîtrisée, Nicolas présente un être tout en souffrance, qui de sa voix veloutée redonne une grande partie du phrasé de Barbara. Dans certains titres comme "Vous entendrez parler de lui" ou "Quel joli temps", il est à nu, a capella, et c'est très beau. Sur d'autres chansons, Gilles Coronado l'accompagne à la guitare électrique dans des arrangements totalement imprévus. La musique en effet est l'élément qui déroute le plus dans le spectacle. Spécialement sur "Hop là!", on a les oreilles qui s'avancent d'inquiétude, mais tout se passe bien, l'harmonie se tricote, et on a droit à un "Perlimpinpin" du plus bel effet. Je ne vais pas tout raconter, mais j'en ai très envie, tant cette soirée a été forte et savoureuse. C'était bien la plus bath' des javas que l'on a vécue hier soir 25 avril 2014 à la Java. (titre chanté avec Carole Masseport et Donia Berriri en final) CHAPEAU BAS!
 23 Avril 2014 La java :
ETONNANT, le spectacle de Nicolas Martel sur Barbara, « J’ai peur et j’avance ». L’affiche annonçait un spectacle musical en hommage à Barbara, et bien pour un hommage c’en était un! Nicolas Martel est allé chercher des titres de Barbara très forts, mais peu connus, que seuls les passionnés de la grande dame ont en mémoire. Le spectacle est dépouillé, intimiste, presque minimaliste, mais énorme de puissance et d’évocation. Occupant toute la scène de sa gestuelle lente et maîtrisée, Nicolas présente un être tout en souffrance, qui de sa voix veloutée redonne une grande partie du phrasé de Barbara. Dans certains titres comme « Vous entendrez parler de lui » ou « Quel joli temps », il est à nu, a capella, et c’est très beau. Sur d’autres chansons, Gilles Coronado l’accompagne à la guitare électrique dans des arrangements totalement imprévus. La musique en effet est l’élément qui déroute le plus dans le spectacle. Spécialement sur « Hop là! », on a les oreilles qui s’avancent d’inquiétude, mais tout se passe bien, l’harmonie se tricote, et on a droit à un « Perlimpinpin » du plus bel effet. Je ne vais pas tout raconter, mais j’en ai très envie, tant cette soirée a été forte et savoureuse. C’était bien la plus bath’ des javas que l’on a vécue hier soir 25 avril 2014 à la Java. (titre chanté avec Carole Masseport et Donia Berriri en final) CHAPEAU BAS!

Lou Casa chante Barbara

Photo de Annie-Claire Hilga.
Jean-Marc Casa, le chanteur
Photo de Annie-Claire Hilga.
Le groupe Lou Casa, c’est une réunion de famille, une communauté d’affinités autour de Barbara

L’Angora, le 9 Avril 2014

Quand le groupe LOU CASA s’éprend de Barbara, ça donne un beau concert très applaudi hier soir 9 avril à l’Angora, en présence de personnalités éminentes du monde de la chanson. Beaucoup de délicatesse, beaucoup de respect et de tendresse. C’est un minimum pour s’attaquer à l’oeuvre de Barbara, mais ce n’est pas évident. Ils l’ont fait et bien fait. Plaisir d’écouter « Tous les passants » ou encore « Septembre » (dont l’interprétation de Katerina Fotinaki nous avait bien plu aussi dans le spectacle d’Angelique Ionatos à Avignon). Sur « Göttingen » chanté tout en douceur, joli pont musical qui nous a séduits contre toute attente. Bravo! Quant à « Perlimpinpin » donné sur un ton délibérément jazzy, il a certainement réjoui les personnes de l’association du même nom présents dans la salle.  loucasadit@gmail.com