Simon Daniel, jeune lauréat de l’Acadie

Le Grenier Musique à La FrancoFête, au premier plan Carol Doucet. Simon Daniel passe la porte ©annie claire 19.01.2018
Le Grenier Musique à La FrancoFête, au premier plan Carol Doucet. Simon Daniel passe la porte ©annie claire 19.01.2018

Originaire de Dieppe au Nouveau Brunswick, Simon Daniel est un très jeune artiste acadien qui s’est fait remarquer partout depuis 2015. J’ai eu la chance de l’entendre chanter à la FrancoFête de Moncton en 2015. Je l’ai revu en Acadie en 2016 et 2017. Il a le look de l’étudiant surdoué qui mène de front un cursus universitaire et une carrière d’auteur-compositeur-interprète. Son style de musique est caractéristique, c’est doux et planant, très « soul », mais à la fois assez rythmé. Sa voix est originale, puissante et haute, elle attire l’attention. Le garçon est sympathique et souriant, il s’est confié à mon micro en novembre dernier.

Le Grenier Musique

Simon Daniel ©annie claire 19.01.2018
Simon Daniel ©annie claire 19.01.2018

Simon Daniel est dans « l’écurie » de Carol Doucet, fondatrice et propriétaire du Grenier Musique à Moncton, qui est à la fois un label, une gérance d’artistes, une agence de booking en Acadie, au Canada tout entier et en Europe. Il faut souligner une belle synergie au sein des artistes du Grenier Musique, chacun trouvant sa complémentarité avec les autres artistes. L’efficacité de Carol Doucet n’est plus à démontrer, et les chanteurs apprécient les performances de cette agence reconnue un peu partout. Ayant trouvé sa place au sein de cette structure pour y faire de la communication, écrire des communiqués de presse, créer des sites web, Simon, tout comme Johey Robin Haché dans un autre domaine, mène de front ce job qu’il maîtrise bien avec sa carrière de chanteur et ses études.

Etudiant à l’Université de Moncton

Notre jeune Simon, après avoir obtenu un baccalauréat multidisciplinaire en sciences sociales, est inscrit pour étudier la philosophie, l’histoire et les sciences politiques. Son but est de s’ouvrir l’esprit et surtout de s’assurer les données de base pour comprendre la société. Il faut dire qu’au Canada, les artistes ne bénéficient pas d’un statut équivalent à celui de l’intermittence, ils doivent donc avoir un métier à exercer avant d’envisager de vivre de leur musique.

Le style de Simon Daniel

J’ai demandé à Simon comment il s’y prenait pour composer sa musique et ses chansons. Il est déjà guitariste depuis son adolescence, et il se dirige vers l’utilisation des claviers, pour donner une dimension synthétique à sa musique. Evidemment il touche aussi à la batterie, et apprend à utiliser la guitare comme instrument percussif. C’est ainsi qu’il expérimente avec son groupe des sessions où ils s’échangent leurs instruments. Ses musiciens sont depuis le début Jacques Boudreau au clavier-synthétiseur, plus récemment Martin Dague à la batterie, aux boucles et séquences. Ce dernier travaille également aux arrangements.
Simon Daniel me confie que son processus de création a beaucoup changé. Dorénavant, il procède par analyse d’ambiances qui vont déterminer des « textures ». Il voit chaque chanson comme un film, des impressions, des images, des trames sonores. Le projet se présentant comme la construction d’un court métrage, il lui reste ensuite à tisser les mots et les textes qui vont porter l’ensemble.

Cheminement de l’artiste

Simon Daniel a bien évolué depuis 2015.  Au début, avoue t-il, il était terrifié à l’idée de monter sur scène. A force d’expérience et de passages sur différents plateaux, Simon a trouvé une assurance. De plus en plus, du jeune garçon à lunettes, sage et réservé, il se transforme en un chanteur avéré qui n’a plus peur de présenter son projet au public. Son look a changé, il a laissé pousser ses cheveux (un peu), et il occupe la scène avec fierté. Je l’ai revu en 2017 au Centre d’Aberdeen, lors de la FrancoFête pour une vitrine acadienne.
Les récompenses qu’il a obtenues depuis 2015 sont impressionnantes :

  • En 2017
    Lauréat du prix « Nat Corbeil », Festival de la chanson de Petite-Vallée, Québec
    Lauréat du prix « Guitares Boucher » (Guitariste s’étant le plus démarqué), Festival de la chanson de PetiteVallée, Québec
    Nomination Enregistrement francophone de l’année, Semaine de la musique de la côte-Est (ECMA), Saint-Jean, Nouveau Brunswick
    Nomination Export Acadie, Gala Trille-Or, Ottawa,Ontario
    En 2016
    Lauréat Découverte de l’année, Gala Musique NB, Miramichi, Nouveau Brunswick
    Nomination « Chanson SOCAN de l’année » pour la chanson « Soif », Gala Musique NB, Miramichi, NB
    Demi-finaliste du Festival international de la chanson de Granby, Granby, Québec
    Demi-finaliste du concours « Les Francouvertes », Montréal, Québec
    – En 2015
    Lauréat du prix « Réseau des grands espaces », Francofête en Acadie, Moncton, Nouveau Brunswick
    Lauréat du prix « Radarts – Rideau », Francofête en Acadie, Moncton, NB
    Lauréat du prix « Marc Chouinard », Francofête en Acadie, Moncton, Nouveau Brunswick
    Lauréat du prix « Du haut des airs », Francofête en Acadie, Moncton, Nouveau Brunswick
    Lauréat Artiste de l’année, Gala Bleu et Or, Université de Moncton, Moncton, Nouveau brunswick
    Lauréat du concours « Jammer du campus », Université de Moncton, Moncton, Nouveau brunswick

 ♫  Et maintenant…  ♫

Les perspectives pour lui sont joyeuses. Julien Farinella de l’Agence Liégeoise ART l’a fait entrer dans son partenariat avec le Canada, ce qui lui permet d’envisager des scènes en Belgique. Et puis Simon fait partie des musiciens retenus pour participer à Chansons-Fleuve pour les festivals d’été en Gaspésie, Tadoussac et Petite Vallée.

Capture.JPGsimon danielCet hiver, il est en studio avec ses musiciens, car après l’EP Jaune 6 titres de 2015, il concocte un album complet pour le printemps 2018. De nouvelles sonorités sont attendues, nous en avons déjà une idée avec ce premier titre dévoilé sur le web : https://www.facebook.com/simondanielmusique/videos/2005734123034202/

Capture.JPGsimon daniel 2

Simon Daniel est en train de s’envoler vers de nouveaux horizons, c’est toujours un régal de le suivre.

Annie Claire 19.01.2018

Délicieuse soirée avec Renaud et Monsieur Lune

Monsieur Lune au Café de la Danse ©annie claire 13.01.2018
Monsieur Lune au Café de la Danse ©annie claire 13.01.2018

 

Souvent il m’arrive de dire que j’ai passé une bonne soirée au concert, mais là je vais vous raconter une très bonne soirée, délicieuse par son contenu, son environnement et son harmonie.

La salle du Café de la Danse

Premier point, la soirée se passe dans ma salle préférée à Paris, le Café de la Danse. Belle salle; en décor de fond, un très haut mur de pierre. L’espace du public est fortement gradiné de sorte que toutes les places assises (environ 250 ) présentent une excellente visibilité. Une galerie en mezzanine comportant un bar reçoit un réservoir de places supplémentaires. L’équipement technique est de qualité permettant de bonnes lumières favorisées par la très grande hauteur sous plafond, et un son généralement sans reproche. La programmation de ce lieu est éclectique, je n’y ai jamais vu de spectacle décevant. On y assiste à des concerts de groupes actuels, des pièces musicales, des récitals de chanteurs du répertoire, des créations et des reprises. C’est toujours joyeux et ouvert, un espace entre la scène et le public permet se s’exprimer en dansant, lorsque le spectacle s’y prête.

L’environnement humain

Outre le fait que l’accueil est très agréable, très vite on sympathise avec le personnel du lieu, agents de sécurité, programmateur, serveurs au bar. On n’a pas l’impression d’être un inconnu, traité en acheteur de billets. Non, tout au contraire. Je sais que j’y vais très régulièrement, mais tout un chacun me salue en signe de reconnaissance. De plus, l’organisation des places assises sur des banquettes favorise le rapprochement des personnes du public. Pas d’accoudoirs de fauteuil délimitant l’espace de chacun. Lors de ce concert, j’assistai à un événement assez rare dans nos salles. Un photographe s’est approché de moi pour me dire bonjour. Il s’est présenté gentiment et nous avons fait une causette intéressante, jusqu’à ce qu’il se déplace à nouveau pour aller saluer un autre photographe. J’ai tellement souffert du climat rude qui règne entre les photographes dans la fosse des concerts que je me régale quand la reconnaissance de l’autre, ainsi que le respect règnent pour un concert qui pour nous va souvent durer de longues heures dans des conditions qui ne sont pas toujours aussi confortables que celles du public.

"Un Renaud pour moi tout seul" au Café de la Danse ©annie claire 13.01.2018
« Un Renaud pour moi tout seul » au Café de la Danse ©annie claire 13.01.2018

C’est la deuxième fois que je voyais ce concert « Un Renaud pour moi tout seul » de Monsieur Lune et ses musiciens. Je l’avais beaucoup apprécié et j’ai donc eu envie d’y retourner. Pensez-donc. Les plus anciennes chansons de Renaud, celles que l’on connaît presque par cœur, celles, comme le dit en scène Nicolas Pantalacci, celles de l’époque où Renaud était de gauche. Bref, bonheur de réentendre ces chansons-là interprétées avec la plus grande rigueur quant à la mélodie, la voix de Nico Monsieur Lune étant de timbre assez proche de celui du Renaud de l’époque, si je puis me permettre. Excellent chanteur donc, Nico apporte une valeur ajoutée avec son jeu de scène. Il quitte parfois la posture statique du chanteur pour exécuter quelques mouvements de danse. Il faut en effet dire que les arrangements des titres sont très ouvragés et que les orchestrations magnifient les chansons de Renaud, certaines devenant des morceaux purs de rockabily comme C’est mon dernier bal. C’est le moment de parler des musiciens qui sont très importants dans la réussite de ce projet. Ils apportent la rondeur, la richesse de la musique qui enveloppe l’oeuvre de Renaud et complètent le talent du chanteur. Ce sont Sébastien Collinet à la basse, Cheveu (alias Jean-Pierre Bottiau) à la guitare et à la basse, Gaël Derdeyn à la mandoline et au casiotone, Frédéric Monaco à la batterie et Guillaume Zeller aux claviers.

Nico Monsieur Lune

Nicolas Pantalacci ©annie claire 13.01.2018
Nicolas Pantalacci ©annie claire 13.01.2018

Revenons sur la genèse du projet. J’ai eu l’occasion de voir Nicolas Pantalacci dans son spectacle de chansons personnelles. C’est un réservoir d’énergie cet artiste. J’avais écrit un article paru le 13.05.2015 sur La Magic Box ici. L’artiste m’avait séduite par l’ élégance de ses propos. Autour de lui, règne l’entente et la bonne humeur, une harmonie très sensible dans le public. Il faut dire que ses musiciens sont les mêmes, une équipe soudée qui a l’habitude de jouer ensemble. Bien, pour la petite histoire, il se trouve que Nico a biberonné du Renaud dans sa tendre enfance, avec une mère attachée de presse de Renaud et un père journaliste de radio. De plus il a habité le 14ème, comme Renaud, pour aller ensuite vivre dans une banlieue également. De Renaud, il restitue toutes les intonations, et il ne viendrait à l’idée de personne de critiquer son interprétation, d’une fidélité exemplaire. Toutefois, il y ajoute ce supplément d’humour, de gaïté dont manquait cruellement Renaud, en vérité. L’écriture elliptique remarquable de Renaud comporte parfois des sous entendus ironiques, qui peuvent devenir parfois cyniques. Or Nico a gommé ce côté désabusé du personnage pour faire ressortir la pureté du texte, auquel il n’a ni enlevé ni ajouté aucun iota. C’est son talent que d’avoir respecté le « futur looser » tout en soulignant ses qualités de création et en faisant de son œuvre une occasion de liesse.

Dans la salle, le public

Le public dans la salle est celui de Renaud. De toutes générations, les amoureux de Renaud Séchan sont très attachés à leur idole, ils se réunissent pour l’honorer et le chanter. Nico l’a bien compris, qui réserve des moments de la soirée pour permettre aux fans de chanter ensemble. Ce qu’ils font avec talent je dois le dire, ce qui n’est pas toujours le cas. J’avais au milieu de ma rangée, un spectateur qui buvait les paroles du chanteur, qui anticipait sur ses syllabes, les prononçant avec force, ne maîtrisant plus son enthousiasme. Il se levait, agitait son bandana rouge, le brandissait déployé devant lui. Plusieurs personnes ont dû intervenir pour lui rappeler que ce n’était pas son concert qui se jouait.

Ce spectacle très complet est beau et touchant à la fois. Il a toutes les qualités d’esthétique musicale et scénique et cette faculté d’emporter l’empathie, de toucher la corde sensible, le côté affectif du public. Comme il est irréprochable vis à vis de l’artiste Renaud, comme en atteste le comportement des fans dans la salle et leurs dires à la sortie, je pense qu’il fera long feu dans les festivals et tournées en France et ailleurs.

Le disque de Monsieur Lune

CD

« Un Renaud pour moi tout seul » CD  11 titres 2017 reprend toutes les chansons du spectacle. Il est réalisé par David Berland, Mr Lune et ses « petites vedettes », les musiciens de toujours. C’est un régal.

  1. Deuxième Génération  2.Laisse Béton  3.La Chanson du Loubard  4.La teigne  5.Je suis une bande de jeunes  6. Gueule d’Aminche  7. Buffalo débile  8. les Aventures de Gérard Lambert  9.La Médaille  10.C’est mon dernier bal  11.Les Charognards 

Double plaisir donc pour ce spectacle, celui d’entendre un Renaud que nous adorons interprété par des artistes superbes. Joli défi qu’il aurait été dommage de ne pas tenter. On écoute ici.

Annie Claire 13.01.2018

Musique au Musée des Arts Forains

Capture.JPGCourseLe Musée des Arts Forains se situe à Paris 12ème, dans les anciens chais à vins Lheureux datant du 18ème siècle, devenus les Pavillons de Bercy . Il n’y a pas si longtemps encore, on y achetait aux négociants vins et spiritueux, dans une atmosphère joviale.  Les rails au milieu des rues pavées, permettant l’acheminements des fûts, tonneaux et caisses en bois, subsistent. Personnellement j’ai connu les entrepôts de Bercy en fonctionnement, ayant eu une activité liée au commerce des boissons, ce que l’on appelait alors les C.H.R. (Cafés Hôtels Restaurants).

Entrée du Salon Vénitien ©annie claire 06.01.2018
Entrée du Salon Vénitien  au Musée des Arts Forains©annie claire 06.01.2018
Photo ©annie claire 06.01.2018
Photo ©annie claire 06.01.2018

Le Musée des Arts forains occupe actuellement 11.400 mètres carrés comprenant des espaces de présentation des collections d’attractions et objets liés au divertissement forain à travers les âges. Il comporte également des zones de stockage des matériels et des ateliers de restauration des pièces d’époque. Poursuivant cet aspect de réjouissance et de divertissement liée au commerce du vin, le Musée perpétue la tradition festive et reçoit plus de 300.000 personnes par an pour des soirées événementielles et des visites guidées. A l’époque des fêtes, il est ouvert pour le Festival du Merveilleux, une fête foraine dans la tradition du 19ème, réunissant en extérieur et à l’intérieur comédiens, artistes de music-hall, bonimenteurs, spectacles de magie et illusions, acrobates, marionnettistes, musiciens, danseurs et bien sûr manèges et attractions restaurés et fonctionnant rigoureusement comme dans le passé. On s’amuse au manège de la Course des Garçons de Café en faisant avancer son serveur grâce au jet de galet qu’il faut lancer avec adresse. On fait tourner le manège des vélocipèdes en  pédalant sur une monture d’époque. C’est vraiment le merveilleux qui reprend ses droits, l’espace de quelques journées de fête, chaque année.

Photo ©annie claire 06.01.2018
Photo ©annie claire 06.01.2018
Photo ©annie claire 06.01.2018
Photo ©annie claire 06.01.2018

La Compagnie Demain on Change Tout présente l’Homme Visible et son Chimère Orchestra.

L'Homme-Oiseau ©annie claire 06.01.2018
L’Homme-Oiseau ©annie claire 06.01.2018

Il s’agit de la déambulation d’une marionnette de trois mètres cinquante de hauteur et deux mètres d’envergure. L’ensemble des musiciens comédiens entourent l’Homme-Oiseau avec des instruments auto amplifiés, ils jouent et interagissent avec le public, enfants et adultes émerveillés. Leurs costumes sont burlesques et colorés, ce sont de doux dingues qui transmettent des gênes du divertissement, de la joie et du fantastique. Ils ont beaucoup de talent.

Le Grand  Magic Mirror

Le Musée des Arts Forains possède un des six premiers Magic Mirror originaux fabriqués en Belgique. Les Magic Mirror constituaient des salles de bal ambulantes principalement dans un rayon de 60 km autour de la ville d’Anvers.

Décoration intérieure Magic Mirror ©annie claire 06.01.2018
Décoration intérieure Magic Mirror ©annie claire 06.01.2018
Magic Mirror ©annie claire 06.01.2018
Magic Mirror ©annie claire 06.01.2018

Celui-ci date de 1925, il est de toute beauté, restauré avec soin dans l’esprit des Années Folles. Il comporte 600 miroirs biseautés et est réalisé en bois d’acajou. Dans ce Magic Mirror se trouve un piano pneumatique mécanique Nickelodéon. P1400283C’est un magnifique piano reproducteur Gaveau « Duo-Art »qui joue tout seul quand on y insère un nickel (une pièce). Ce système très inventif repose sur la lecture mécanique d’un rouleau sur lequel sont perforées les notes et les intensités liées aux notes, permettant l’écoute fidèle de l’enregistrement des plus grands pianistes. On se rappelle que les cartes perforées sont à l’origine de l’enregistrement numérique.

Intérieur du Magic Mirror ©annie claire 06.01.2018
Intérieur du Magic Mirror ©annie claire 06.01.2018 Le danseur de claquette Philou.

J’ai assisté à une démonstration du piano réalisée par la performance d’un danseur de claquette sur une musique préenregistrée, l’effet est saisissant. Je recommande le Festival du merveilleux où je suis allée en reportage deux années de suite, entraînée par des amis comédiens musiciens qui s’y produisent. J’y passe des heures sans voir le temps passer tant il y a de choses à admirer. Je me promets d’y faire une visite (sur réservation) dans le courant de l’année. Voici le lien pour se renseigner ici. C’est très dépaysant, une invitation au voyage vers une époque ou l’amusement était simple et raffiné à la fois, coloré, festif et collectif.

Roulotte au Musée des Arts Forains ©annie claire 06.01.2018
Roulotte en bois au Musée des Arts Forains ©annie claire 06.01.2018

Annie Claire 09.01.2018