Dernier Champagne pour Jacques Higelin

Une cérémonie du plus bel effet

©annie claire

Le public avait répondu présent à invitation de la famille de Jacques Higelin. Le public était bienvenu aux obsèques du chanteur, il est bien venu, un peu triste, mais joyeux quand même de cette dernière fête. Les fans avaient préparé leur présence pour cet événement d’importance. Ils avaient choisi une tenue de circonstance, belle, colorée. Ils avaient sélectionné des sites de paroles des chansons de l’artiste. Ils avaient apporté des fleurs, qui une rose, qui un tournesol, qui un bouquet fleuri. Certains avaient même apporté une bouteille de champagne à partager.

Le rassemblement pour la cérémonie avait été annoncé à 15h30 à l’entrée principale du Père-Lachaise. Bien avant 15 heures, le public était là, en nombre, ne voulant rien manquer de ce qui allait se passer. L’allée principale n’allait bientôt plus pouvoir contenir la foule qui gagnait les allées de gauche, passant devant la belle tombe de Colette. Alors, pour patienter, tant que le cortège des personnes venant du Cirque d’Hiver n’était pas arrivé, les fans ont lancé des ballons multicolores, et tendu à bout de bras des pancartes sur lesquelles on lisait Humains, comme Higelin ou Au ciel et toujours amoureux. Les gens ont chanté, plus ou moins à l’unisson mais avec le coeur, et applaudi à la fin de chaque chanson. C’était très long, et certains ont finalement entonné Frère Jacques, qu’ils pensaient être de circonstance ♫.

©annie claire

Un peu avant quatre heures, le cortège formé de centaines de personnes de tous âges s’est mis en marche, logiquement vers la gauche en montant, tout doucement, en devisant gravement, marchant interminablement. Nous nous reconnaissions dans la foule, les amoureux de la chanson, certains que nous n’avions pas vus depuis longtemps. Chacun était porteur de son message personnel pour le chanteur, mais tous étaient là pour la même cause, un dernier hommage à celui qui nous a tant aimés, égayés, divertis, étonnés. L’attachement du public pour Higelin était tout particulier. Nous en parlions hier avec des amis des réseaux chansons.

J’ai assisté également aux obsèques de personnalités très aimées du public au Père-Lachaise, Alain Bashung, Annie Girardot, Georges Moustaki, Marie Trintignant. C’était très émouvant, certes, mais je n’ai pas ressenti la même ferveur qu’aux obsèques d’Higelin. Le cheminement vers l’endroit de la sépulture (qui ne nous avait pas été communiqué) a pris l’ampleur d’une procession, si j’osais, je dirais d’un chemin de croix. Une petite pluie fine et insidieuse nous accompagnait sans vouloir se lasser, et nous cheminions jusqu’à réaliser que nous avions accompli le tour du cimetière et que nous revenions très près de notre point de départ, la Chapelle et le Pré des Jésuites qui domine l’entrée principale.

C’est alors que nous avons entendu des consignes données par haut-parleur disant que la famille allait se recueillir pour l’entrée du cercueil dans le caveau et que le public devrait attendre pour pouvoir s’approcher à son tour. Il y eut les paroles d‘Isia, d’Arthur H. Il y eut la voix chantante d’Higelin dans les haut-parleurs. Comme nous n’étions ni Sandrine Bonnaire, ni Daniel Auteuil, ni Alain Souchon, ni Cali, ni Jean-Louis Auber, ni Charlélie Couture… nous sommes restés en arrière, tout comme Jane Birkin qui se mêlait à la foule, et nous étions tout simplement contents d’être là.

Nos hommages à l’artiste qui a fait sauter le bouchon de ses mille et une bulles de génie, nous allons les rendre sur les lieux de son repos aujourd’hui, profitant de ce le soleil est revenu, et même aussi demain. J’en donnerai des nouvelles.

Annie Claire 13.04.2018

©annie claire

Voici donc la sépulture de Jacques Higelin que je suis allée visiter au Père-Lachaise par cette belle après-midi ensoleillée. Elle se trouve à quelques mètres de celle d’Alain Bashung disparu lui en 2009. A lire les banderoles des gerbes et couronnes de fleurs, on remarque l’hommage de la Ville de Paris, du Ministère de la Culture, de l’Adami, de la presse. On y trouve aussi des phrases de fans sur des papiers, des fleurs multiples déposées par le public et… une bouteille de Champagne Taittinger millésimé 2006 destinée à son éternel repos. J’irai voir si elle a été débouchée… En attendant voici des bulles sur papier, des mots déposés là, sous plastique, message d’amitié, d’espoir, de vie.

Je ne connais pas de personne n’aimant pas le personnage Jacques Higelin, mais s’il s’en trouvait parmi mes lecteurs, je leur conseille vivement son livre, celui qu’il a écrit avec Valérie Lehoux chez Fayard « Je vis pas ma vie, je la rêve« . On y découvre un homme simple, ouvert, avec de belles qualités humaines, ne trichant pas et sachant reconnaître ses erreurs. J’en reprends ici quelques mots :

« Parce que… Comprendre, c’est apprendre à aimer. Aimer c’est apprendre à voir et à regarder, à entendre, à écouter… Avec les yeux de la conscience, les oreilles du coeur, les sens du désir et de la connaissance ».

 

Annie Claire 14.04.2018

Une réponse à “Dernier Champagne pour Jacques Higelin”

  1. Très beau papier Annie-Claire ! Pour les personnes comme moi qui n’ont pu être présentes à cette fête de départ du grand Higelin, cela fait plaisir, tout comme le texte de Arthur H ! l’impression d’y avoir été malgré tout ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *