« Le Paris de Barbara » par Gilles Schlesser Parigramme éd.

Ce magnifique ouvrage va ravir les fans de Barbara, dont je suis bien évidemment, même, et surtout oserais-je dire, s’ils ont déjà lu tous les livres sur cette chanteuse. Il n’en manque pas, de livres sur Barbara, sortis depuis sa disparition en 1997. Ils sont tous intéressants, écrits par des personnes qui ont côtoyé l’artiste à un moment ou à un autre de sa vie. Gilles Schlesser a choisi un angle de présentation différent. Certes il a bien connu Barbara, étant le fils d’André Schlesser, cofondateur de l’Ecluse. Mais surtout, non seulement il l’a suivie sur la durée, mais en tant que proche des réseaux de la chanson, il a reconstitué le parcours géographique de la Chanteuse de Minuit à travers ses pérégrinations parisiennes.

Riche de 170 photographies dont certaines sont inédites, ce livre de 140 pages, de grand format présente l’originalité de fixer des lieux parisiens où est passée Barbara, là où elle a habité, chanté, travaillé, vécu. L’auteur a abandonné toute idée de chronologie, il raconte le vécu de la chanteuse lié aux lieux. L’on apprend plein de détails de sa vie, de sa personnalité, de ses choix, mais aussi l’on entend parler des personnages qui ont jalonné son parcours, décidément Gilles Schlesser a fait un travail de fourmi. Il nous livre la chanteuse dans ses tours et détours, sans ménagement, mais avec un profond respect pour chaque personnage évoqué. Il en savait des choses sur la nature du lien qui unissait la chanteuse avec ses hommes, et aussi avec les personnages-clé qui ont été importants pour l’artiste. (Denise Glaser, Françoise Sagan…).

Le livre est très riche de détails, le texte est dense, de plus il est agrémenté de 200 notes de références et précisions. J’en conseille la lecture à tous ceux qui aiment la culture, la musique, la chanson, qui aiment Paris et Barbara. Même s’ils pensent tout savoir sur cette artiste, ils vont encore apprendre de jolies choses sur elle, qui nous a quittés à l’âge de 67 ans. Très bien écrit, l’ouvrage se lit presque d’une seule traite du début à la fin.

Annie Claire 24.09.2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *