Agnès Bihl « Les unijambistes ne courent pas les rues »

Photo ©annie claire

 

Le chanteur Alain Sourigues nous avait il y a quelques années régalés et distraits avec son recueil d « euphorismes« . La belle chanteuse Agnès Bihl a profité de notre marasme covidien pour concocter une potion de réconfort du moral des troupes  avec son livre de petites maximes vitriolées mais efficaces. Elle-même parle de punchlines pour se faire comprendre des moins de quarante ans.

L’on connaît la franchise de cette belle chanteuse qui tout récemment remplissait La Cigale pour le concert de sortie de son septième album. Nous y étions tous, quelle liesse !! L’on est très sensible à son talent, son humanisme, son engagement féministe, bref, elle nous fait craquer hommes et femmes par son sourire éclatant, sa gentillesse, son intelligence et son grand coeur. Son humour est parfois grinçant, mais pas plus qu’il ne faut pour titiller les neurones avachis. Les hommes sont tout au long habillés pour l’hiver, mais tant mieux pour eux car il va faire froid. La belle, de son côté, n’a jamais froid aux yeux.

Agnès Bihl ne la ramène jamais, c’est pour cela qu’on l’aime, et pourtant !! Elle a côtoyé Aznavour, Guy Bedos, Anne Sylvestre, Yves Jamait. Elle est toujours restée simple et son public apprécie cette attitude. Elle passe du temps à discuter après ses concerts, elle regarde les gens droit dans les yeux, c’est une sorcière pas comme les autres comme aurait dit Anne Sylvestre, un ange blond bourré de talents. « Ecrire pour ne pas mourir » chantait Anne Sylvestre, avec qui Agnès a monté un spectacle, L’écriture est une belle occasion de se taire, rétorque au second degré la blonde Bihl qui n’a pourtant pas la langue dans sa poche. Le livre est dédié à Anne Sylvestre.

Bref on aime cet opuscule de quelques centaines d’aphorismes présentés à l’ancienne avec des graphismes et illustrations dûs à  Margaux Dubail, ce n’est pas l’almanach Vermot, c’est beaucoup plus drôle et plein de conseils pour prendre la vie du seul bon côté, celui de l’humour. Considérons l’ouvrage comme un kit de survie, un cadeau de quelqu’un qui nous veut du bien, assurément. Merci Agnès !!

Annie Claire 14.11.2021

 

 

Une réponse à “Agnès Bihl « Les unijambistes ne courent pas les rues »”

  1. J adore son dernier livre: les unijambistes ne courent pas les rues. Très drôle. Merci de nous faire rire surtout en ce moment déprimant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *