Leprest inspire La Menuiserie

Les Amis chantent Allain Leprest

Affiche Menuiserie

La Menuiserie de Pantin a imaginé de programmer deux soirées autour d’Allain Leprest. Des artistes et des musiciens que nous aimons sont venus interpréter des chansons du célèbre auteur compositeur interprète qui nous a quittés en 2011. L’idée est intéressante quand on sait que le père d’Allain Leprest était menuisier.

Toutefois, l’idée n’est pas la première, car des concerts autour d’Allain Leprest, il n’en a pas manqué, de son vivant, et depuis sa disparition également. L’on se souvient d’un très beau Saksébon organisé par Christian Paccoud, dans les locaux de Télébocal le 7 janvier 2017. Tous les amis d’Allain, de la Normandie à Ivry, en passant par les villes de concert, de festivals, ont à coeur de chanter ses chansons, toujours émouvantes et très bien écrites, pour garder vivante sa mémoire.

Photo ©annie claire 23.12.2017
Photo ©annie claire 23.12.2017

Ces artistes sont venus d’univers très différents. Thomas Benoit à la contrebasse vient du groupe Mon Coté Punk. Il a chanté « Brussel ».

Thomas Benoit ©annie claire 23.12.2017
Thomas Benoit ©annie claire 23.12.2017

Medhi Kabar vient du groupe Les Françoises. Seul avec sa guitare, il a chanté « T’as pas cent balles » et l’émouvant « Le copain de mon père ».

David Rougerie est reconnu comme le spécialiste des textes. Il a donné, accompagné de Nour au piano « Le dico de Grand’Mère ».

David Rougerie ©annie claire 23.12.2017
David Rougerie ©annie claire 23.12.2017
David Rougerie et Nour ©annie claire 23.12.2017
David Rougerie et Nour ©annie claire 23.12.2017

Sur cette photo à droite, la ressemblance avec Allain Leprest est frappante.

 

Nicolas Joseph©annie claire 23.12.2017
Nicolas Joseph©annie claire 23.12.2017

Nicolas Joseph a chanté magistralement « Bilou ». Nicolas s’accompagne aussi bien de l’accordéon que de la guitare.

Autre accordéoniste sensible, Olivier Philippson a chanté « Une valse pour rien » et »La dame du dessus ».

Nour ©annie claire 23.12.2017
Nour ©annie claire 23.12.2017

Nicolas Duclos et Nour se sont succédés au piano, l’un pour « Arrose les fleurs », l’autre pour « Ma puce ». C’est une surprise inattendue de retrouver Nour dans ce contexte, nous l’attendions plutôt dans un registre davantage jazz.

Simon Chouf avec son jeu de guitare très subtil a été bien émouvant dans « Les petits enfants de verre ».

Simon Chouf ©annie claire 23.12.2017
Simon Chouf ©annie claire 23.12.2017

 

Le collectif des artistes a chanté « L’étrange », « C’est peut-être » et « SDF ». C’est difficile de raconter tout ce qui s’est passé lors de cette chaleureuse soirée. La salle était pleine, le public connait très bien Allain Leprest et avait très envie de fredonner les chansons. Mais il y avait un tel climat de respect et de concentration sur le plateau que le public a laissé les artistes s’exprimer.

Nour et Thomas Benoit ©annie claire 23.12.2017
Nour et Thomas Benoit ©annie claire 23.12.2017

Certaines  personnes ont connu l’auteur, l’ont fréquenté ou l’ont vu en concert. Chacun a son histoire avec ce parolier, auteur qui ne laisse personne indifférent, l’artiste a marqué beaucoup de gens par son talent et sa forte personnalité. Allain Leprest a chanté dans toutes sortes de salles, des plus petites aux plus grandes, à Paris,  en province et dans les festivals.

Quelques extraits de sa biographie :

—  Allain Leprest est né à Lestre dans le Cotentin le 3 juin 1954. Il est issu d’une famille modeste, son père est menuisier. Un goût immodéré pour le music-hall et la radio lui ouvre les oreilles. Le jeune Allain découvre ainsi Léo Ferré et Georges Brassens…  La révélation auprès du grand public vient en 85 lors du passage de l’artiste au festival du Printemps de Bourges. En une demi-heure de « Tremplin », il est repéré par les professionnels présents qui voient en lui un poète doublé d’un interprète de talent…

Leprest 2L’année suivante, il signe chez Meys, la maison de disques de Jean Ferrat et de Gérard Meys. Leprest sort un premier album intitulé « Mec ». Il écrit aussi pour d’autres comme Isabelle Aubret dont il fait la première partie à l’Olympia en 86, Juliette Gréco ou Romain Didier qui devient son ami. Celui-ci signe d’ailleurs certaines musiques du premier album et en signera d’autres sur celui qui sort en 88 « Ton cul est rond ». Le 20 février 95, il donne un récital unique à l’Olympia à Paris pour la première fois de sa carrière. Il est accompagné de trois musiciens. C’est la consécration. On lui trouve des accents de Brel, reconnaissant ainsi son grand talent d’interprète, avec une ample gestuelle. A la suite de cette soirée mémorable, il sort un disque live.

C’est une période pendant laquelle Allain Leprest se bat vaillamment contre un cancer du poumon. Il est très affaibli et son entourage ainsi que ses fans craignent le pire. Il surprend tout le monde en réapparaissant sur le devant de la scène à la fin de l’année 2007 avec l’album « Chez Leprest ». Disque sur lequel il invite une flopée de chanteurs (Michel Fugain, Olivia Ruiz, Jacques Higelin, Daniel Lavoie, Nilda Fernandez, Enzo Enzo, Loïc Lantoine…) à revisiter avec lui son répertoire. Une grande famille qu’Allain Leprest réussit à réunir au Bataclan le 12 mars 2008 pour un concert exceptionnel et riche en émotions : Daniel Lavoie interprète « Nu », Agnès Bihl « Le Copain de mon père », Jean Guidoni « J’ai peur » et Nilda Fernandez « Donne-moi de tes nouvelles ». 

Allain Leprest 2010 ©annie claire 28.12.2015
Allain Leprest 2010 ©annie claire 28.12.2015

Le 7 décembre 2009, Allain Leprest réitère l’expérience de « Chez Leprest » en en publiant le volume II. Clarika, Adamo, Kent ou encore la Rue Kétanou prêtent leurs voix à ses chansons. Un DVD donnant à voir le concert au Bataclan (2008) sort en même temps que le volume 2.

Allain Leprest reçoit le Grand Prix de la Poésie de la Sacem le 14 décembre.—

Allain Leprest à Ménilmontant©annie claire 30.12.2017
Allain Leprest à Ménilmontant©annie claire 30.12.2017

Pour en savoir davantage sur la carrière, la vie et les amis d’Allain Leprest, je conseille  vivement la lecture de l’ouvrage de Nicolas Brulebois, « Gens que j’aime » sorti en 2014 chez Jacques Flament Editions.

Le projet  musical Les Amis chantent Leprest va être repris dans d’autres salles, il est riche et intéressant, il mérite de grandir.

Annie Claire 24.12.2017

 

Auteur : Annie Claire

Je suis reporter de concert, depuis bien des années, je chemine chaque jour de salle en salle, de ville en ville et de contrée en contrée à la rencontre des artistes. j'illustre mes articles avec mes propres photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *